Discours de SE Madame le VPM-MEDD_Reunion du GTS

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement et Ministres du GTS;
  • Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Représentants des Corps Diplomatiques accrédités en RDC, les Représentants des Organisations du Système des Nations Unies,  les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers et des Bailleurs de Fonds ;
  • Messieurs les Secrétaires Généraux des Ministères membres du GTS ;
  • Messieurs les Directeurs Généraux du MEDD ;
  • Mesdames et Messieurs les Directeurs-Chefs de Services au sein des Ministères membres du GTS ;
  • Mesdames et Messieurs les DG, Directeurs, Coordonnateurs et Responsables des Structures Etatiques Spécialisées ;
  • Mesdames et Messieurs les Responsables du Secteur privé et de la Société Civile ;
  • Mesdames et Messieurs, chers invités, en vos titres et qualités respectifs, tout protocole observé.

L’honneur m’échoit de prendre la parole devant cette assemblée, à l’ouverture de notre réunion de notre Groupe Thématique Sectoriel N° 15, et cela depuis mon accession à la tête de ce grand Ministère qui est passé au Statut d’une Vice-Primature.

Je commencerai par présenter mes excuses, à toutes les Parties Prenantes ici présentes, pour avoir bousculé leurs agendas pendant cette période des fêtes de fin d’année ; le devoir d’Etat me l’oblige.

La question de l’Environnement est de nos jours, au centre des tous les débats et les atteintes sont devenues très récurrentes, plus complexes et multiformes. Parmi les cas, je peux citer notamment : la déforestation et la dégradation des forêts, l’érosion des sols et côtière, des menaces d’extinction de certaines espèces végétales et animales, la prolifération des catastrophes naturelles (cas de l’éruption volcanique à Goma en mai 2021), et des épidémies, des pollutions d’origines diverses (dont celle de la rivière Kasaï en août 2021) ; ainsi que l’accumulation des déchets dans les villes en pleine croissance.

Comme nous le savons tous, les Groupes Thématiques Sectoriels (GTS) instaurés par le Décret n° 13/011 du 9 avril 2013, portant création, organisation et fonctionnement des Groupes Thématiques Sectoriels, constituent le cadre formel de dialogue permanent sur les politiques de développement et d’harmonisation des actions sectorielles entre le Gouvernement, les Partenaires Techniques et Financiers (PTF), le Secteur privé et les Organisations de la Société civile.
En mai 2013, le Gouvernement de la République et ses partenaires au développement ont adopté un Cadre Opérationnel qui organise quinze (15) Groupes Thématiques Sectoriels, dont le 15ème est notre Groupe Thématique « Environnement, Forêts, Changements Climatiques, Eaux, Assainissement, Biodiversité et Tourisme » ; placé sous la présidence du Ministre ayant en charge l’Environnement.

Ainsi, j’ai le privilège d’organiser la réunion de notre Groupe Thématique Sectoriel (GTS) « Environnement, Forêts, Changements Climatiques, Eaux, Assainissement, Biodiversité et Tourisme », avant le début de l’année 2022, en vue de son opérationnalisation effective, après le succès récolté par notre Pays à la COP26, où la RDC a été présentée au monde comme « Pays Solution » à la crise climatique.

En effet, le changement climatique est aujourd’hui le phénomène au centre des enjeux économiques, politiques et environnementaux, à cause duquel les États sont appelés à poser des actions concrètes, en vue d’éviter le cataclysme climatique planétaire que prédit la science.

En ce qui concerne la RDC, « Pays Solution » à la crise climatique, il sied de reconnaitre que notre contribution aux efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique nous impose un certain nombre de gestes dont notamment :

  • des nouvelles façons de considérer notre trajectoire de développement socio-économique et industriel, car la RDC doit s’inscrire dans la voie d’un développement vert, en vue d’assurer aux générations présentes et futures un véritable Développement Durable ;
  • le recours à différentes stratégies dans la gestion durable et la préservation des forêts existantes, y compris la mise d’une part importante des forêts du pays sous statut de conservation, le reboisement, l’afforestation, et la restauration des écosystèmes, etc., en vue d’accroitre la capacité du pays à stocker le carbone atmosphérique, et contribuer ainsi à la lutte contre le réchauffement de la planète.
  • la gestion durable des forêts garantit également la fonction de régulation du cycle de l’eau, gage de la préservation du potentiel hydraulique national, dont le pays a besoin pour améliorer sa desserte en énergie électrique ;
  • La rigueur dans la préservation de la diversité biologique, notamment la faune et la flore sauvages, la biodiversité agricole, l’élevage, la pêche et la pisciculture, en vue de la gestion durable de nos ressources naturelles renouvelables et du développement de la résilience de nos populations à travers des actions d’atténuation et d’adaptation ;
  • une discipline dans la gestion responsable de nos ressources en eau, en vue de la préservation des écosystèmes fragiles et stratégiques, qui sont des bassins hydrographiques, des zones humides et des terres hydromorphes, sources des tourbières ;
  • plus de détermination dans l’assainissement de notre environnement et cadre de vie, à travers des aménagements harmonisés des espaces et la gestion des déchets organiques, solides et liquides, etc. ;
  • une discipline dans la responsabilisation et l’appropriation de la gestion des Aires Protégées pour la préservation des écosystèmes et la biodiversité, l’accroissement de stock de Carbone et la promotion du tourisme national ;
  • La gestion durable et responsable des minerais stratégiques (Cobalt, Coltan, Cuivre, etc.) et leur prise en compte dans la promotion de la transition Énergétique et Écologique de la RDC ;
  • L’implication de la Jeunesse via des réalisations à travers des programmes de gouvernance environnementale en milieu scolaire, cas des Jardins Scolaires dans le Programme 1 Milliard d’Arbres prôné par le Président de la République, Chef de l’Etat ;
  • La gestion responsable du Bois-Énergie à travers des actions et des pratiques de gestion durable des savanes et des galeries forestières, par la transformation de ces zones en forêts (afforestation, agroforesterie, etc.), en vue de la mise en place d’un système de carbonisation améliorée, de la promotion des foyers améliorés et des modèles de cuisines propres et écologiques, etc. 

Considérant les enjeux de la lutte contre les Changements et Climatiques et leurs impacts sur la RDC et ses ressources naturelles, il s’avère indispensable que notre GTS qui est transversal avec d’autres secteurs, subisse un accroissement en termes de nombre d’acteurs. C’est ainsi que je solliciterai la ré-visitation du Décret n° 13/011 du 09 avril 2013 portant création, organisation et fonctionnement de GTS.

  • Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement et Ministres du GTS;
  • Mesdames et Messieurs les Représentants des Partenaires Techniques et Financiers et des Bailleurs de Fonds ;
  • Mesdames et Messieurs, chers invités.

Comme nous pouvons constater tous, toutes ces actions énumérées ci-haut ne peuvent être réalisées sans la mobilisation des ressources financières conséquentes, et notre GTS compte sur l’appui des PTFs pour suppléer au budget de l’Etat.

Etant donné que le Secteur de l’Environnement et Développement Durable est également transversal, je souhaiterai une synergie mutuelle pour l’efficacité des actions à mener avec les autres secteurs impactant les ressources naturelles, dans une appropriation de toutes les Parties Prenantes ici présentes (le Gouvernement, les Structures Spécialisées de l’Etat, les PTFs, la Société Civile et le Secteur privé, etc.) et pour un alignement des actions focalisées vers le Programme du Gouvernement suivant la vision du Chef de l’Etat, en vue d’une RDC Forte et Prospère.

Ainsi, en début de cette année 2022 qui commence, j’envisagerai de faire large diffusion de notre Contribution Déterminée à l’échelle National (CDN) présentée à la COP26, et soumise au secrétariat de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique, ainsi que de notre Plan de Travail Budgétisé Annuel (PTBA) 2022, en vue de trouver l’approbation et l’appropriation de l’ensemble des Parties Prenantes.

LA RDC qui est appelé à maintenir son Leadership en Afrique dans la lutte contre les Changements Climatiques, se prépare à abriter les travaux préparatoires à la COP27, qui se tiendra pour la première fois en Afrique, en Egypte, en novembre 2022.

Au regard de ce qui précède, l’élaboration de la Stratégie/Politique Nationale de l’Environnement et Développement Durable, constitue une nécessité et une urgence, dont le processus commence ce jour par la validation des Termes de référence et de la Feuille de route, qui vous étaient partagés et qui seront présentés tout à l’heure par le Secrétariat Technique du GTS.

Je ne pourrai terminer cette allocution, sans saisir l’opportunité de présenter à toutes les Parties Prenantes présentes à cette réunion, mes vœux les meilleurs à l’occasion des fêtes de fin d’année et du Nouvel an 2022.

Que vive le Groupe Thématique Sectoriel «Environnement, Forêts, Changements Climatiques, Eaux, Assainissement, Biodiversité et Tourisme » pour le Développement Durable et la Croissance Economique de la RDC.

Je vous remercie.