Projet SPIE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1. Dénomination

Le Projet de renforcement des capacités en matière de partage de données environnementales et de production des rapports à l’aide d’un Système Partagé d’Information Environnementale (SPIE) en Afrique.

1.2. Portée géographique du Projet SPIE

La projet SPIE est développé dans trois (3) régions du monde dont l’Asie centrale, l’Afrique et l’Asie-Pacifique. En ce qui concerne l’Afrique, il y a neuf (9) pays ci-après qui sont retenus dans cette phase pilote, il s’agit de : Burkina Faso, République démocratique du Congo (RDC), l’Ethiopie, le Libéria, Madagascar, le Malawi, Maurice, l’Ouganda et la Zambie.

2. Objectifs du projet SPIE au niveau de la RDC

Au niveau national, le projet visera à :

  • Assurer un renforcement institutionnel à travers des réseaux de points focaux (à mettre en place à l’issue de cette réunion) et des flux de données améliorés qui seront à la base de production des rapports nationaux et des évaluations fondées sur des indicateurs avec des données scientifiquement crédibles et l’information fiable;
  • Rationaliser les obligations de production des rapports sur l’état de l’environnement et sur les  accords multilatéraux sur l’environnement (AME) ;
  • Disponibiliser le flux de données améliorées qui contribueront également au développement de la nation avec des  processus sur les indicateurs objectifs de développement durable (ODD) spécifiques pour la production des rapports;
  • Relier le système national d’information sur l’environnement aux plates-formes régionales et sous régionales de partage des connaissances dans chaque région concernée, ainsi que les plates-formes de connaissances mondiales telles que le UNEP LIVE et IRIS.

3. Modalités de la mise en œuvre du Projet SPIE

  • Mise en place des points focaux du projet dans les pays ;
  • Visites dans les pays initiaux pour l’identification préliminaire des besoins des pays et des priorités ;
  • Analyse des évaluations des besoins et des priorités identifiées ;
  • L’évaluation des besoins, y compris la cartographie des données environnementales et les flux de connaissances au sein des pays et des pays à des organismes régionaux, les agences des Nations Unies, et AME secrétariats (ainsi que la cartographie des structures nationales producteurs des rapports et des flux de données liés aux obligations nationales) ;
  • Évaluation de la préparation à la mise en œuvre IRIS (pour les pays intéressés) ;
  • Mise à disposition de moyens pour les pays à l’adresse convenue; q Mise en place d’un accord de partage de données avec le pays s’il est intéressé à utiliser IRIS et / ou le partage de données nationales par le biais de pages de UNEP LIVE.

 4. Les  parties prenates au projet SPIE et leurs  rôles

  • Les entités nationales responsables de la collecte des données et des informations sur l’environnement et chargées de production des rapports sur les états et les tendances de l’environnement, y compris les structures du ministère de l’Environnement et Développement Durable;
  • Les autres entités ou organismes régionaux / nationaux et les gouvernements, Agences des Nations Unies et d’autres partenaires régionaux) fournissant des données régionales ou nationales;
  • La communauté scientifique;
  • La société civile;
  • Les utilisateurs régionaux et nationaux de données (organismes et gouvernements régionaux / nationaux, agences de l’ONU) y compris les équipes pays des Nations Unies et d’autres partenaires régionaux.

5. Conclusion et recommandation