UNE JUSTICE CLIMATIQUE PRÉCONISÉE PAR L’AMBASSADEUR DU MAROC EN RDC

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Reçu ce jeudi 23 septembre 2021 par le Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Environnement et Développement Durable, Eve BAZAIBA MASUDI, ce Diplomate Marocain a montré que les pays africains doivent développer une synergie dans le domaine de l‘environnement en vue de défendre les intérêts du continent dont l’apport est incontestable dans la préservation du climat mondial.

Le vice-premier Ministre et Ministre de l’Environnement et développement durable, Eve BAZAIBA MASUDI, a reçu, ce 23 septembre 2021, dans son cabinet de travail, l’ambassadeur du Royaume de Maroc en RDC, Rachid Agassim, qui dans sa déclaration, a rappelé qu’il y a des échéances qui sont en vue, notamment l’organisation de la Cop 27 en RDC. A l’en croire, en plus de toutes les occasions qui se présentent, celle-ci va permettre de relever l’importance des forêts du Congo pour la préservation du climat mondial. « C’est une très bonne occasion pour que les deux pays accentuent leur coopération dans ces deux domaines », a-t-il noté.

Le Diplomate Marocain, a indiqué que cette entrevue avec Madame le VPM-EDD BAZAIBA MASUDI, rentre dans le cadre des contacts réguliers avec les différents départements et a aussi rappelé que le Maroc et la RDC entretiennent des très bonnes relations. Et, pour le Maroc, la RDC est un pays ami et frère avec lequel il reste disposé à coopérer dans tous les domaines.

Notant que la RDC, qui est un grand pays au cœur de l’Afrique, il est un pays très riche dans plusieurs domaines notamment les ressources minières, halieutiques, forestières et possède 60 % de la forêt tropicale du Bassin du Congo, il est tout à fait naturel que les autorités accordent une grande importance au domaine de l’environnement. Mais également, il a fait savoir, que les efforts entre les pays africains dans ce domaine doivent être conjugués davantage pour établir une certaine justice climatique pour l’Afrique.

C’est dans ce cadre qu’il est donc nécessaire, de mutualiser les efforts au niveau des organisations africaines qui se penchent sur les questions de la biodiversité pour non seulement une justice climatique mais aussi, pour une rétribution conséquente en tant régulateur principal du climat mondial.

Teddy NTENDAYI.