BIENTÔT LA RDC ET L’ANGOLA SUR LA TABLE DE DISCUSSIONS

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans le cadre du dossier pollution des eaux des rivières Tshikapa et Kasaï  opposant la RD.Congo à la République sœur d’Angola, le Chargé de mission de l’Agence  Congolaise de l’Environnement (ACE), Monsieur EMENE, a déposé officiellement pour analyse, au nom de Madame le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement Durable, à la Faculté de Polytechnique de l’Université de Lubumbashi,  les échantillons des prélèvements effectués par les Experts sur les rivières Kasaï et Tshikapa, dans la Province du Kasaï pour évaluer le niveau de pollution causée par l’extraction des diamants d’une usine des droits Angolais.

Pour s’assurer de la véracité des résultats de l’analyse des échantillons déposés, le Chargé de mission de l’ACE et Conseiller du Cabinet de la VPMEDD en charge de l’environnement et développement durable ont été conduit par la suite, par Professeur Arthur Kaniki, Vice Doyen en charge de l’Enseignement, à visiter le laboratoire d’analyses environnementales  de la Faculté de Polytechnique de l’Université de Lubumbashi.

Il faut noter que le 13 Août dernier, une usine des droits Angolais de traitement et transformation des diamants a causé de l’intoxication et de la perte de la faune et de la flore aquatique, des maladies d’origine hydrique, des infections génitales ainsi que des eruptions cutanées. La République Démocratique du Congo a vu au travers deux de ces rivières leurs eaux porter une coloration à tendance rougeâtre. Il s’agissait en fait, de la pollution des ces cours d’eau.

Cependant, le Gouvernement de la RD.Congo, à travers le numéro un de l’Environnement et Développement Durable attend de ces analyses, des éléments scientifiquement défendables devant servir de sous-bassement, des arguments de valeurs contre l’Angola par rapport à la pollution de deux de ses rivières.

La République Démocratique du Congo qui évoque déjà le principe du Pollueur-payeur attend ainsi arracher une tripartite RD.Congo-Angola-Communauté Internationale pour être remis dans ces droits.

TOISEYA ETIWAH OLA Paulin