Mot du Directeur-Chef de service ressources en eau a l’occasion de la visite de Son Excellence Monsieur le Ministre de l’Environnement et Développement Durable au Centre de prévision de pluie et changement climatique

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Excellence Monsieur le Ministre,

Son Excellence Madame la Vice-Ministre

Monsieur le Secrétaire Général

Messieurs les Directeurs Généraux

Mesdames et Messieurs les Directeurs et Chers collègues.

La Direction des Ressources en eau est fière de vous accueillir ce jour à l’occasion de la visite  de Son Excellence Monsieur le Ministre de tutelle au Centre de Prévision de pluies et Changement Climatique qui finalement vient de connaître un issu heureux des travaux de réfection.

Centre de prévision des pluies et changement climatique au sein de la DRE, eh oui, cela a sa raison d’être puis que la DRE est la seule structure du MEDD qui a comme attribution spécifique la gestion qualitative et quantitative des ressources en eau, cette dernière comprise comme tout gisement d’eau naturelle destinée aux multiples usages. La gestion des ressources en eau exige une maitrise du cycle de l’eau en amont en tenant compte des effets du climat avant de voir en aval, les impacts surtout négatifs sur la ressource.  La prise en compte de ces paramètres  est bel et bien ce que nous appelons  «  la gestion durable des ressources en eau ».

A titre de rappel, La RDC a signé en mars 2012 un protocole d’accord avec la République Arabe d’Egypte pour la mise en œuvre d’un projet de coopération bilatérale dénommé «  Gestion Intégrée des ressources en Eau (GIRE).  Pour sa concrétisation, la République Arabe d’Egypte avait souscrit une subvention de 10,5 millions de dollars américains en faveur de la République Démocratique du Congo et ce projet compte six composantes à savoir :

ComposantePériode d’exécution (année)Coût
Formation et renforcement des capacités des agents et cadres de la DRE51,5 millions
Forage de 30 puits d’eau (dont 10 avec réseaux et 20 individuels)43 millions
Etablissement d’un centre de prévision des pluies et changement climatique31 million
Etude de faisabilité pour la construction des infrastructures hydroélectrique sur la rivière Semliki dans le Nord KIVU – ITURI33 millions
Echange d’expériences dans le domaine de l’agriculture, de l’élevage et de l’irrigation51 million
Gestion du projet et frais de charges des procédures51 million
TOTAL10,5 millions

Les activités du projet ont été lancées seulement en 2014. Alors une prolongation de la période de mise en œuvre du projet a été obtenu jusqu’en 2022.

A ce jour, le niveau de réalisation  des composantes est :

  1. Composante formation et renforcement des capacités : deux groupes de 12 agents ont été formés pendant 10 jours chacun en Egypte sur (1) la Gestion Intégrée des Ressources en Eau en 2015 et (2) Rédaction de rapport du secteur GIRE en 2016. Les autres formations prévues (6) n’ont pas encore commencé ;
  2. Composante forage : A cause de la situation d’insécurité à l’Est, où était prévu le forage de 30 puits, cette activité a été convenue de se réaliser dans la périphérie de Kinshasa en partie (12) et le reste (18) à l’Est lorsque tout sera un peu calme. La procédure d’attribution de marché est finie et le marché avait été attribué à une entreprise égyptienne qui devra travailler avec l’expertise du Service National d’Hydraulique Rural (SNHR) du Ministère du Développement Rural. Le processus n’est toujours pas lancé puis que la partie égyptienne conditionne son démarrage à l’achèvement des travaux de la composante phare du projet, à savoir, le Centre de Prévision des Pluies et Changement Climatique.
  3. Composante Centre de Prévision des Pluies et Changement Climatique : 4 Experts congolais ont été formés en Egypte, deux fois pendant deux mois pour la gestion de ce Centre. Mais l’achèvement de leur formation devrait avoir lieu dans un centre  bien établi en RDC. La partie congolaise devrait mettre à la disposition du projet, des locaux et les équiper en mobilier. Cette contrepartie du gouvernement congolais devrait permettre à la partie égyptienne d’acheminer les équipements de la haute technologie pour ce laboratoire régional des ressources en eau et changement climatique. Chose qui est faite ce jour.

Ce Centre a un enjeu majeur dans la gestion des ressources en eau du pays ainsi que la maîtrise des mesures d’atténuation des impacts du changement climatique. Il va aussi permettre à la DRE de faire aisément la gestion préventive des catastrophes (inondations, sécheresses, impacts du changement climatique …) et son rayon d’action couvre toute la région de l’Afrique centrale. Cela permettra également à la DRE d’avoir une connaissance exacte sur les ressources en eau du pays voir même par province à fin de modeler les divers usages.

  • Etude de faisabilité pour la construction des infrastructures hydroélectrique sur la rivière Semliki : Il est prévu des études de faisabilité qui devront approfondir la question sur la possibilité de construire un barrage hydroélectrique sur la rivière Semliki afin de fournir de l’énergie électrique aux populations riveraines.
  • Composante échange d’expériences entre fermiers Egyptiens et Congolais: le Ministère de l’Environnement a mis à la disposition de l’Unité de Gestion du projet 100 Ha dans sa concession de KINZONO pour cette fin depuis 2016. Mais les activités ne démarrent pas encore. Cette ferme permettra de former les fermiers congolais sur les bonnes pratiques agricoles et élevage avec des meilleurs rendements.
  • Gestion du projet et frais de charges des procédures: C’est l’Unité de Gestion du Projet qui fonctionne au sein de la Direction des Ressources en Eau du Ministère de l’Environnement et Développement Durable. Elle est dirigée par  une coordonnatrice assistée par une équipe d’experts maison.

Excellence Monsieur le Ministre 

Au regard des avancées constatées dans chaque composante et  surtout que le montant de 10.5 Millions est totalement géré par la partie Egyptienne, une ré visitation de cet accord s’impose à travers le Comité  Technique Consultatif Conjoint (CTCC) qui est la plateforme de conception et d’orientation du projet.

Nous tenons également à vous informer que hier, Monsieur l’ambassadeur de la République Arabe d’Egypte est passé ici pour le même exercice  et l’essentiel de ses observations vous sera transmis par voie appropriée. Ces observations portent sur l’aménagement extérieur du bâtiment , la porte d’entrée de la concession et l’état de la route 7ème rue.

Fait à Kinshasa, le 05/08/2020

LUNGU  MALUTSHI  Louis

Directeur  Chef de Service des Ressources en eau