Journée mondiale de l’environnement (JME) et le lancement de la Décennie mondiale pour la restauration des écosystèmes

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le samedi 5 et le dimanche 6 janvier ont été des journées spéciales pour le secteur de l’environnement, en République démocratique du Congo (RDC). Elles ont connu des intenses activités qui ont marqué la commémoration de la Journée mondiale de l’environnement (JME) et le lancement de la Décennie mondiale pour la restauration des écosystèmes.

Dans le cadre de ces activités, la Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement durable (VPM-MEDD), Eve Bazaiba Masudi, et quelques membres du gouvernement dont les Ministres des Poste, téléphones et nouvelles technologies de l’information et de la communication (Pt-Ntic), Augustin Kibasa, et celle en charge des Relations avec le Parlement, Anne-Marie Karume Bakaneme, ont effectué, le dimanche 06 juin 2021, une descente au plateau de Bateke, dans la commune de Maluku, où ils ont poursuivi les activités du lancement de la Décennie mondiale de la restauration des écosystèmes.

Dans le cadre de ces activités, la VPM-MEDD, Eve Bazaïba et toutes personnes présentes au village Ndako ya Pembe, au Groupement Kingakati, ont procédé au repiquage des plantules pour le reboisement des deux hectares mis à leur disposition par l’Asbl Bureau d’Etudes pour l’Implication des Femmes dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable (BEIF-ODD), qui leur a invité dans cette partie de la Ville-province de Kinshasa.

Objectif : planter un milliard d’arbre d’ici 2023.

A cette occasion, Eve Bazaïba Masudi a lancé un appel à la population congolaise, en vue de s’inscrire dans la vision du Chef de l’état, Félix-Antoine Tshisekedi, qui vise à planter un milliard d’arbres d’ici 2023.

La VPM-MEDD a également exprimé l’engagement du Gouvernement de la République de marcher ensemble avec la Société civile pour l’intérêt de la République, dans le domaine de l’environnement.
Et de noter que la présence des membres du gouvernement de la République ainsi que d’autres personnalités du Ministère de l’Environnement et de la société civile marque l’importance que revêt cette activité pour la vie de la nation et de la planète tout entière.

La RDC doit bénéficier de son action en faveur du climat.

Pour célébrer la JME, le Gouvernement de la République, par la Vice-primature en charge de l’Environnement et développement durable a choisi deux sites. Il s’est agi du Campus de l’Université de Kinshasa (Unikin), dans la commune de Lemba, et de l’Institut Bobokoli, à Binza-Delvaux, dans la commune de Ngaliema.

Cette célébration a été l’occasion pour tous les partenaires œuvrant dans le secteur de l’environnement, de faire état des lieux et d’appeler à la conscience collective et individuelle face à la dégradation de l’écosystème et du danger que cela comporte pour toute l‘humanité. C’est ici que cet appel lancé par le numéro un de l’Environnement et du développement durable en RDC, Eve Bazaïba, depuis son avènement à la tête de ce secteur a eu des échos.

Dans leurs différents discours et allocutions, toutes les personnalités dont notamment le Secrétaire général académique de l’Unikin, la Commissaire générale en charge de l’Environnement pour la ville de Kinshasa, etc. ont réitéré cet appel à la conscience collective et individuel pour le reboisement.
Pour Mme Eve Bazaiba, sa présence dans ces sites marque la détermination du gouvernement à accompagner les initiatives de préservation de l’écosystème.

Au-delà des discours, la VPM-MEDD et toutes les autorités qui ont pris part à ces activités ont planté des arbres en vue de prêcher par l’exemple.

Cette journée était également l’occasion pour la VMP-MEDD de noter que la RDC devra bénéficier de son action ne faveur des écosystèmes et du climat. « Entant que gardienne du potentiel environnemental, la RDC devra donc bénéficier de l’attention du monde pour garantir à sa population le droit de jouir de toutes ces potentialités. Il s’agit du droit à une compensation équitable au regard de sa responsabilité à la gestion rationnelle des ressources environnementales notamment la faune, la flore, la biodiversité, y compris la biomasse », a souligné Mme Eve Bazaïba. Il nous faut tous ensemble, a-t-elle dit, prendre l’engagement pour que le peuple congolais vive la réalité de ses potentialités.

De l’avis de la VPM Bazaïba, en effet, il est grand temps pour que toutes les discussions soient formalisées en RDC, car, le Congo a compris sa responsabilité pour sauver l’humanité et faire face au changement climatique. C’est pour quoi ce membre du gouvernement et numéro un de l’Environnement et du développement durable a réitéré son appel à l’accompagnement de la vision du chef de l’état dans son programme visant à planter un milliard d’arbres d’ici 2023.

L’Ambassadeur des Pays-Bas en RDC, le président du groupe inter bailleurs de l’environnement et du climat, qui a rappelé que le monde avait deux poumons, l’Amazonie et le Bassin du Congo, a, lui, indiqué que seul ce dernier est en bonne santé. Il a exhorté le monde à agir dans un élan de solidarité national, continental et mondial. « Que tout le monde comprenne que les arbres et les forêts sont aussi des richesses pour eux », a dit le diplomate hollandais.