PROBLEMATIQUE DE LA DEFECATION A L’AIR LIBRE A LA N’SELE

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude socioéconomique a été menée dans la Commune de la N’Sele pour permettre aux acteurs du secteur de l’assainissement et de l’hygiène de développer le marketing d’assainissement dans cette Commune devant passer par la possession des latrines modernes en lieu et place des latrines traditionnelles.

C’est ce mercredi 17 novembre 2021 que, s’est déroulé dans la salle Salonga de l’Immeuble PANDA, l’atelier de restitution de « l’étude socioéconomique du marketing d’assainissement » pour répondre aux différentes préoccupations soulevées par la problématique de la défécation à l’Air (DAL) dans la Commune de la N’Sele.

Les résultats de cette étude socioéconomique du marketing d’assainissement, montre des inégalités tant en ce qui concerne la possession des latrines et des dispositifs de lavage des mains qu’en ce qui concerne leur utilisation. Et ces inégalités varient selon que l’on est dans les quartiers évolués, moyennement évolués et moins évolués.

Pour résoudre ces inégalités, l’étude socioéconomique du marketing d’assainissement propose des solutions sous forme d’options stratégiques afin d’amener ces populations vers des conditions d’assainissement meilleures et ces options stratégiques touchent les facteurs qui rendent les latrines accessibles à tous, notamment les (i) les produits (de bonne qualité et durable) ; (ii) les prix (abordables pour les ménages de classe intermédiaire et pauvre) ; (iii) la distribution (rapprocher les points de vente des ménages ) et ; (iv) la communication pour le changement de comportement en rapport avec la défécation à l’Air libre (DAL).

Pour ce faire, nous recommandons au Consultant de l’étude socioéconomique et au Comité de Coordination que soit prise en compte l’existence d’une frange importante de la population « les Balados ou les sans-abris » pour susciter l’implication de l’Etat dans l’implantation et la maintenance des toilettes publiques en vue de résorber la question de la défécation à l’Air libre.

Teddy NTENDAYI