Évaluation de l’impact des activités industrielles sur l’environnement : Claude NYAMUGABO place les usines pharmaceutiques sur sa ligne de mire.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Répondant aux cris d’alerte lancés par la population et la société civile, le ministre de l’environnement et développement durable veut toucher du doigt la réalité en traditionnel homme de terrain.Son souci porte sur la collecte des eaux et l’évacuation des effluents. Le ministère de l’environnement étant détenteur de la gestion de l’eau en République Démocratique du Congo.

AVE PHARMA SARL est le premier site à recevoir la descente du ministre claude NYAMUGABO accompagné de la vice ministre de l’environnement Jeanne ILUNGA .la préoccupation porte sur le sort réservé aux déchets solides et liquides.la direction des ressources en eau et la direction de l’assainissement sont e’ avant plan.les questions usuelles sont:Quelle est la quantité des eaux recueillies?comment l’eau est collectée?Par forage ou sur le réseau de la regideso?les effluents sortent dans quel état ?

Les directions du ministère suffisamment équipées sortent les biceps avec les appareils PH mètres portatif pour prélever les échantillons des effluents afin d’en mesurer l’acidité sous les yeux des concernés.

ARAUPHAR est la deuxième usine visitée par l’équipe gouvermentale.la descente est d’abord pédagogique puis répressive.Un autre souci du ministre est celui de vulgariser la loi relative à l’eau qui n’est visiblement n’est pas du tout connue.

Le point de chute est l’usine new sesamex où le ministre va descendre jusqu’à la grande route à kingabwa pour constater que les effluents sont carrément déversées au niveau des exutoires.Avec les opj sur le terrain pour constater les infractions,force est à la loi car des dispositions légales existent.

Retenez que cette série des descentes d’inspection a commencé dans le haut Katanga,le lualaba et maintenant Kinshasa. Le ministre Claude NYAMUGABO ne désarme pas.

Cellcom Min EDD