10ème session du comité de pilotage du fonds national REDD, FONARED : Claude NYAMUGABO porte la voix du gouvernement de la Rdc pour un nouveau partenariat avec CAFI pour 2021-2030

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En sa qualité de vice-président du comité de pilotage du Fonds national REDD, FONAREDD en sigle, le ministre de l’Environnement et développement durable, Claude NYAMUGABO a présidé par visio conférence la 10 ème session . Une réunion concentrée essentiellement sur « le dialogue politique stratégique pour la mise en place d’un nouveau partenariat RDC-CAFI pour la période 2021-2030 ». Un comité de pilotage qui a pour objectif d’accorder les violons afin de parvenir à un processus permettant la signature d’une nouvelle lettre d’intention avant la fin de l’année en cours ainsi que d’échanger sur les les options fondamentales devant guider les négociations du nouveau partenariat.

Par le truchement du ministre NYAMUGABO, il a été rappelé que le Président de la République Félix Antoine TSHISEkEDI ainsi que le gouvernement congolais ont placé le développement durable au centre de leur stratégie de gouvernance, en vue d’une transition à long terme vers une économie verte. Les différents cadres stratégiques de gouvernance du pays évoquent abondamment cette problématique dans leurs axes d’intervention, notamment la vision du chef de l’État, le plan stratégique National de développement ainsi que le programme du Gouvernement.

Il a été noté durant trois heures des pertinentes interventions dont celles du ministre d’État, ministre des ressources hydrauliques, des ministres de l’agriculture, de l’aménagement du territoire, le représentant de la CAFI(initiative pour la forêt de l’Afrique centrale), le coordonnateur résident du programme des nations unies pour le développement, le représentant de la Norvège ainsi que celui de la Grande Bretagne et la société civile environnementale qui prenait aussi part à ces importantes assises.

Le ministre a salué l’ambition affirmée par les 2 parties pour améliorer la deuxième phase du partenariat,tout en restant convaincu que les partenaires tiendront compte des besoins exprimés par la partie congolaise en rapport avec des financements conséquents au cours des 10 prochaines années. La Rdc souhaite que les interventions à venir s’alignent sur les priorités exprimées par les membres du gouvernement quant aux financements plus conséquents, ceux à la taille de la Rdc et à la hauteur du rôle de poumon de la planète que constitue le pays.
Le gouvernement souhaite en outre l’extension des projets REDD aux autres provinces du pays ayant les mêmes besoins. Il faut rappeler que le gouvernement congolais demande le transfert de la responsabilité fiduciaire à la partie congolaise. Une autre urgence est celle d’alléger les procédures pour que demain soit meilleur.

Aujourd’hui il ne suffit plus de se concentrer sur la déforestation et les provinces où les fronts de déforestation avancent,mais plutôt d’anticiper et se préparer pour que les investissements du FONAREDD aillent graduellement dans toutes les provinces . Pour préserver la forêt pour le bien de l’humanité, il est nécessaire d’apporter un appui conséquent à la fonction de la forêt, à l’étendue des facteurs à adresser,ainsi qu’aux besoins de développement du pays . Retenez que le comité de pilotage du FONAREDD est présidé par le ministre des finances.