Environnement/Sud-Kivu : Implémentation du Programme Présidentiel de Reboisement, Me Claude NYAMUGABO Prêche par l’Exemple

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Me Claude NYAMUGABO voulait un journée plutôt pédagogique en prêchant par l’exemple que de procéder à la symbolique. 5 hectares des terres à reboiser pour une phase pilote. 3.000 plantules piquées à Nyamunyunyi dans le groupement de Bushumba en Territoire de Kabare ce mercredi 17 février.

C’est ainsi que Me Claude NYAMUGABO Bazibuhe, Ministre National de l’Environnement et Développement Durable accompagné du Gouverneur du Sud-Kivu Théo Ngwabidje Kasi et une forte délégation du Fonds Forestier National ainsi que la population locale a voulu donner corps à cet ambitieux programme Présidentiel Jardins Scolaires pour 1 milliard d’arbres à l’horizon 2023 en province du Sud-Kivu.

Femmes, hommes, enfants, jeunes et vieux, mobilisés, se sont appropriés le projet avec un enthousiasme encourageant à la grande satisfaction du Ministre qui du coup a témoigné à l’assistance son absolue conviction que le Programme ambitieux du Chef de l’État sera impérativement une réussite . Me Claude Nyamugabo a d’ailleurs insisté sur le fait que cette population avait déjà débuté à reboiser avant même le lancement du projet. Ces sont principalement les épouses des militaires cantonnés au camps de Nyamunyunyi qui elles ont pris conscience de l’utilité de l’arbre pour la survie de l’homme et se sont engagées à accompagner le projet piloté par celui qui est certes Ministre de l’environnement mais surtout leur élu.

Le Gouverneur Théo Ngwabidje désormais revêtu de sa tunique de Coordonnateur provincial du projet a été instruit de faire un suivi régulier de la mise en œuvre de ce programme sachant que tous les trois mois, une évaluation minutieuse du programme sera faite.

Tôt dans la matinée, Me Claude NYAMUGABO a échangé avec Monseigneur Levis Ngangura, Président de l’Église du Christ au Congo dont le réseau d’écoles est riche de sept milles écoles et sept-cents milles élèves devrait également faciliter l’implémentation du projet surtout que le Sud-Kivu avec ses problèmes d’éboulements et d’érosions doit envisager des solutions en amont.

Un programme certes ambitieux mais qui a aussi requis l’adhésion des autres représentants des confessions religieuses ainsi que les hauts représentants de la Société civile du Sud-Kivu qui ont également confirmé à l’unanimité leur soutien au projet, insistant sur le principe selon lequel : « planter un arbre, c’est protéger la planète « .

Une journée chargée certes, mais avec la projection de la reconstitution du couvert forestier du deuxième poumon de la planète.

Cellcom MEDD