COMMUNICATION DES RISQUES SUR LES ZOONOSES PRIORITAIRES EN RDC : RENFORCEMENT DES SYSTÈMES DE SURVEILLANCE DES MALADIES AUX ACSA, RECO, CROIX ROUGES ET SUPERVISEURS DE L’ENVIRONNEMENT

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pendant neuf (9) jours, un atelier de renforcement des capacités des ressources humaines, notamment les agents communautaires de santé animale (ACSA), les relais communautaires (RECO), les volontaires de la Croix Rouge et les Superviseurs de l’Environnement de la Province de l’Equateur, précisément de la ville de Mbandaka, ont été formés sur la Communication des risques sur les zoonoses prioritaires en RDC par une équipe de mission multisectorielle composé d’un délégué du ministère de :

  • La Santé Publique, Prévention et Hygiène (Chef de mission);
  • Pêche et Élevage ;
  • l’Environnement et Développement Durable (VPM-MEDD) conformément à l’ordre de service collectif n°MS1251/SG/PNCPS/1634/LOP/2021 du 4 août 2021 de Monsieur le Secrétaire Général à la Santé Publique, Hygiène et Prévention.
    Il est essentiel de souligner que cette activité s’est réalisée avec l’appui technique et financier de la Banque mondiale à travers l’Unité de Gestion de Projet de Développement du Système de Santé (UG-PDSS) et du Projet de Renforcement des Systèmes Régionaux de Surveillance des Maladies (REDISSE IV) sous le leadership du Programme National de la Communication pour la Promotion de la Santé (PNCPS) qui est l’ancrage institutionnel de la communication au Ministère de la Santé Publique, Hygiène et Prévention dont la responsabilité incombe à Monsieur Raoul KAMANDA MANGAMFU, Directeur.
    Il sied de noter que les maladies zoonotiques restent mal connues en RDC. Les acteurs de terrain n’ont pas suffisamment de connaissances approfondies sur un bon nombre d’épidémies ou épizooties à l’occurrence les zoonoses, le mode de transmission, les symptômes, les moyens de lutte et de prévention contre ces maladies.
    Les communautés locales ne sont pas préparées sur les phases et les étapes de surveillance environnementale, surveillance des maladies et riposte en temps réel et aussi de façon adaptée. Une autre question est celle liée à la bonne connaissance des définitions profanes de certaines maladies zoonotiques.
    Il faut également signaler que les communautés ne sont pas initiées et informées sur les liens qui existent entre la surveillance environnementale s’appuyant sur la faune et la flore comme mode de contrôle et de lutte dans la gestion des maladies zoonotiques.
    La faible connaissance et la vulgarisation de l’approche « One Health » constitue en outre, un obstacle majeur et un facteur de risque qu’il faut promouvoir dans les communautés.
    Les différents acteurs et opérateurs engagés dans les secteurs de la gestion de la santé humaine, santé animale et santé environnementale ne sont pas capables de conduire les interventions de communication des risques liés aux six zoonoses prioritaires en RDC.
    C’est pourquoi, il a été nécessaire de faire le renforcement des capacités de ces acteurs sur la communication des risques liés aux six zoonoses prioritaires et promouvoir ainsi les bonnes pratiques du Règlement Sanitaire International (RSI).

En effet , cet atelier de renforcement des capacités a concerné avant tout les acteurs du niveau provincial (formateurs) qui à leur tour ont été capable de former, transférer les connaissances et compétences aux agents du niveau opérationnel ou zone de santé.

Globalement, l’objectif de l’atelier était de former 73 acteurs communautaires ( ACSA, AC, RECO, CROIX ROUGES ET SUPERVISEURS DE L’ENVIRONNEMENT) de Mbandaka et des zones de santé avoisinantes en communication des risques en vue de lutter contre les épidémies ou épizooties de six zoonoses prioritaires en RDC.

De manière spécifique, il a s’agit de s’assurer que 100% des participants seront capables de :

  • Expliquer et conduire l’approche « Une Santé » dans le cadre de la lutte contre les zoonoses prioritaires ;
  • Expliquer et conduire les interventions de communication des risques en cas de la survenue des maladies zoonotiques et autres épidémies ;
  • Expliquer et conduire les actions visant l’engagement communautaire dans le cadre de la lutte et la gestion des épidémies liées aux six zoonoses prioritaires ;
  • Maîtriser l’importance de la communication des risques ;
  • Maîtriser les notions de base dans le cadre de la lutte contre la propagation des maladies zoonotiques prioritaires ;
  • Maîtriser les effets néfastes des changements climatiques dans les élevages en RDC ;
  • Maîtriser l’approche de la surveillance environnementale.

En conclusion, la province de l’Equateur et particulièrement la ville de Mbandaka et les zones de santé avoisinantes, bénéficient à ce jour des ACSA, AC, RECO, CROIX ROUGES et SUPERVISEURS DE L’ENVIRONNEMENT formés et compétents d’assurer ces formations sur l’ensemble de la province.

Teddy NTENDAYI NTUMBABO, Directeur-Chef de Service (MEDD)
Jules ILAKA NAKAMUKWIKILA, Épidémiologiste, CB Recherche Opérationnelle et Action (PNCPS)
Dr Claude IFASSO EKOFO, Point Focal OIE-RDC en charge de la Communication (Direction des Services Vétérinaires).